Les Beaux-Arts participent à la Nuit des Musées 2017


© Zoo

 Téléchargez le communiqué de presse

Le 20 mai 2017, entrée libre jusqu’à 23h

Les Beaux-Arts de Paris proposent deux événements pour la Nuit des musées 2017 : une ouverture exceptionnelle de l’exposition Felicità 17, l’exposition des diplômés félicités et avec mention et S’inscrire, puis s’effacer…, une intervention de 17 étudiants du Pôle matière/espace et de leurs professeurs au musée du Louvre.

Felicità 17

Les Beaux-Arts de Paris ouvrent pour la Nuit des musées 2017 l’exposition annuelle des jeunes artistes ayant obtenu le diplôme national supérieur d’arts plastiques (Dnsap) avec les félicitations et mentions.

Avec : Dorian Bauer, Sarah Belhadjali, Jean-Charles Bureau, Côme Clérino, Célia Coëtte, Claudio Coltorti, Paul Descoings, Marie Dupuis, Clara Fontaine, Matthieu Haberard, Nathanaëlle Herbelin, Vladimir Hermand, Mahalia Köhnke-Jehl, Lucile Kessil, Alexandre Lenoir, Estrid Lutz & Émile Mold, Adrien Maes, Johanna Monnier, Chloé Mossessian, Nidgâté, Pierre Pauze, Lucie Planty, Alicia Renaudin, Sophie Rézard de Wouves, Caroline Reveillaud, Blaise Schwartz, Alexander Sebag, Cécile Serres, Nefeli Papadimouli, Tatiana Pozzo di Borgo, Raphaël Sitbon, Arthur Tiar, Laure Tiberghien et Radouan Zeghidour.

Commissaire: Joan Ayrton

Au programme : visite commentée de l’exposition par la commissaire
Joan Ayrton (à 20h) et performances toute la soirée.

S’inscrire, puis s’effacer…

17 étudiants du pôle matière/espace et leurs quatre professeurs interviennent au pied de la Victoire de Samothrace et dans les vitrines de la « Salle des Verres » et des «Salles Charles X» du musée du Louvre.

À l’invitation du Département des Antiquités Grecques, Etrusques et Romaines, ils exposeront le fruit des recherches qu’ils mènent depuis deux ans en Attique, dans le Péloponnèse, en Béotie, en Phocide et dans l’île de Samothrace. Là, ils appréhendent l’espace hellénique dans une réalité contemporaine, où affleurent partout les témoignages du passé. Ils abordent les rapports d’échelle, entre la figurine et la sculpture, la maquette et l’architecture, l’infime et le paysage, dans lequel ils s’inscrivent, puis s’effacent, en ne préservant que les traces, que ce dernier suscite.

Commissariat : Violaine Jeammet, conservateur en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre.

Avec : Patrice Alexandre, Sirine Ammar, Götz Arndt, Cécilia Breuil, Solveig Burkhard, Céleste Castelot, Ékatérini Charou-Papandréou, Gabriel Delattre, Clara Di Cesare, Fabien Ducrot, Jonás Fadrique, Deborah Fischer, Clara Fontaine, Daniel GÓmez Vega, Hadrien Gunther, Vincent Laval, Néféli Papadimouli, Morgane Porcheron, Philippe Renault, Gabriele Risso et Fabrice Vannier.

Avec le soutien de la Fondation Stavros Niarchos, du musée du Louvre et de l’École Française d’Athènes.

 

 


Colloque 2017 - La Valeur de l'art


Otobong Nkanga
“Limits of mapping”, série Social Conséquences I 

La Valeur de l'art

26 et 27 avril 2017
Palais des Beaux-Arts

 Téléchargez le communiqué de presse

 Téléchargez le programme complet

À travers ses colloques internationaux, les Beaux-Arts de Paris offrent une tribune au milieu artistique et aux artistes en particulier, dans le concert d’idées qui agitent notre société. L’édition 2017 portera sur « La Valeur de l’art ».

Ce colloque international soulignera l’importance de cette notion plurielle, véritable mot-débat aux acceptions multiples : valeur sociale, symbolique, spirituelle, marchande, matérielle ou immatérielle. La notion de valeur pose également la question d'un jugement critique et des conditions d'évaluation des œuvres aujourd'hui.

Après une première édition sur le thème de « L’irRESPONSABILITE de l’Artiste » en 2016, ce colloque donnera la parole à des personnalités d’horizons différents, incarnant des visions et des expériences singulières. Sans cloisonnement ni forme imposée, des artistes, critiques, directeurs d’institution, philosophes, théoriciens et acteurs du marché de l’art nous proposeront leur lecture de la valeur de l’art et nourriront notre réflexion.

Entrée libre
Accédez au formulaire d'inscription

Programme du colloque

Le 26 avril 2017

9h30 Accueil café

9h45 Introduction par Jean-Marc Bustamante, directeur

10h Bernard Bazile et Igor Antic
L’art de la valeur

10h30 Cécile Bernard
Du marché de l’art : rôle des intermédiaires et place des artistes

11h Frère Marc Chauveau
Le couvent de la Tourette : des oeuvres révélées

11h30 Brian O’Doherty
Art, folie, et valeur de l’argent

12h Q/R

pause

14h30 Clélia Zernik
Valeur esthétique et norme du goût

15h Zheng Guogu, en dialogue avec Martina Köppel Yang
Boire du thé jusqu’à la transformation

pause

16h Philippe Méaille
Valeur de l’art : l’inachetable objet d’art ou l’histoire de Joséphine la cantatrice

16h30 Catherine David
Modernités connectées et évaluation des oeuvres

17h Andreï Erofeev
Impact social comme critère de valeur. Réflexions autour de l’art actionniste en Russie

17h30 Q/R

19h à 21h Soirée-discussion autour d'une icône, Fontaine de Marcel Duchamp (Centre Pompidou, petite salle)

Avec Saâdane Afif, Bernard Blistère, Philippe Comar (professeur aux Beaux-Arts de Paris), Cécile Debray, Michel Gauthier, Bertrand Lavier et Elsa Sahal.

 

Le 27 avril 2017

9h30 Accueil café

10h Monte Laster & FACE
Co-OP6:valorem

10h30 Bernard Blistène
Valeur de l’art : quelques idées autour des "affaires de l’art et l’art des affaires"

11h Denys Riout
Un usage pédagogique du prix

11h30 Marie José Burki
De nos jours, par ici

12h Q/R

pause déjeuner

14 h Geoffroy de Lagasnerie
Pour une éthique des oeuvres

14h30 Matthieu Laurette
Let’s Make Lots of Money!

pause

16h Steven Henry Madoff
L’automate

16h30 Otobong Nkanga

Presenting Carved to flow

17h Q/R

17h30 Fin du colloque


Inauguration de la mise en lumière des façades des Beaux-Arts


Crédit photo : Antoine de Roux

Une opération réalisée grâce au mécénat de Philippe et Karine Journo et de la Compagnie de Phalsbourg.

Le 23 février 2017, Jean-Marc Bustamante, directeur des Beaux-Arts de Paris et Philippe Journo, président de la compagnie de Phalsbourg ont inauguré la mise en lumière des façades du Quai Malaquais, saluant ainsi une opération qui parachève un chantier de 10 ans, ayant débuté avec la restauration de l’ensemble des façades en 2007.

Signe visible en bord de Seine, face au Louvre, de la transformation des Beaux-Arts de Paris qui fêtent cette année leurs 200 ans, ces façades embellies seront le point d’entrée d’un nouveau parcours de découverte des collections, qui devraient bientôt recevoir l’appellation « Musée de France ».

 Voir le communiqué de presse complet


Programme culturel de janvier à mars 2017

 Téléchargez le programme


Prix du Mécénat Culturel pour la Fondation SNCF et Via Ferrata

Le mercredi 25 janvier, le Prix du Mécénat Culturel dans la catégorie « Enseignement supérieur et Culture » a été remis à Patrick Jeantet, président délégué du directoire de SNCF, président de SNCF Réseau et président de la Fondation SNCF par Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication. Cette récompense met à l’honneur le partenariat de la Fondation SNCF avec les Beaux-Arts de Paris, pour Via Ferrata, sa classe préparatoire intégrée lancée en septembre 2016.

Via Ferrata prépare 20 étudiants issus de la diversité sociale, culturelle et géographique de la région Ile-de-France aux examens et concours d’entrée des établissements supérieurs d’enseignement artistique en France.

Elle propose une formation pratique et théorique, et un accompagnement pédagogique individualisé. L'enseignement est dispensé sur les deux sites qui composent les Beaux-Arts, à Paris, rue Bonaparte et à Saint-Ouen, rue des rosiers.

De septembre à juin, à raison d'environ 35 heures de cours hebdomadaires, cette formation exigeante plonge les étudiants dans un environnement artistique dense, pensé pour leur permettre de découvrir l'art, sa pratique et son histoire. Ils sont invités à affiner leurs orientations et motivations et à acquérir les moyens de les concrétiser en expérimentant un large panel de techniques.

Le programme d’enseignement prévoit des cours pratiques, qui leur permettront d’aboutir à la réalisation des dossiers artistiques en vue des concours. Tout au long de l'année, un suivi personnalisé ponctué de bilans sous forme de présentations de travaux leur est proposé, dans le but d'évaluer leur démarche et de les préparer aussi aux oraux.

Via Ferrata fera alterner des plages de création personnelle dans un vaste espace dédié aux étudiants à Saint-Ouen et des cours théoriques, de dessin et de PAO dispensés par des enseignants du cycle supérieur qui sont proposés sur le site de la rue Bonaparte. Les étudiants participent en outre à des sorties et rencontres culturelles, tout en bénéficiant de la programmation de l'École et de ses infrastructures (visites d'ateliers et d'expositions, bibliothèque).

A l’issue de l’appel à candidature lancé en mai 2016, 122 candidats ont déposé un dossier. 53 ont été déclarés admissibles et 20 ont été finalement sélectionnés. 15 sont boursiers et la parité est parfaitement respectée avec 10 femmes et 10 hommes.

La Fondation SNCF a soutenu dès son lancement le projet Via Ferrata, aux côtés du Ministère de la Culture. Ce soutien financier de 3 ans se double d’un accompagnement en mécénat de compétences. Les 20 jeunes seront entrainés par 5 salariés du groupe SNCF à l’entretien devant un jury, phase aussi décisive qu’impressionnante pour réussir le concours d’entrée aux écoles supérieures d’art. Ce Prix du Mécénat Culturel est une belle reconnaissance de l’engagement de la Fondation SNCF pour promouvoir les talents et faire de la diversité une richesse. 

Lien vers le communiqué de presse du ministère de la Culture et de la Communication

© MCC / Didier Plowy


En 2017 les Beaux-Arts de Paris ont 200 ans ! La programmation

 Télécharger le dossier de presse

La programmation 2017 qui célèbre les 200 ans des Beaux-Arts de Paris sur le site de Saint-Germain, revient sur ce qui fait des Beaux-Arts un lieu unique en France et dans le monde : ici, depuis 200 ans, bat le coeur de la Cité, de ses mouvements et débats artistiques, culturels, intellectuels et politiques.

Les lieux où se situent aujourd’hui les Beaux-Arts de Paris lui ont été assignés par arrêté royal du 18 Septembre 1816, appliqué à partir du 1er janvier 1817.

Cette décision ouvrit la voie à un programme architectural unique, parcours à la fois pédagogique et symbolique où l’oeuvre est omniprésente et participe à la vie quotidienne de l’étudiant. Il fut en cela inspiré du Musée des Monuments Français tout juste fermé par la Restauration et qui occupait une partie des bâtiments qui seront dévolus à l’École, notamment l’Église des Petits Augustins. Le programme a permis la construction de bâtiments nouveaux, la transformation des bâtiments préexistants, puis au long des XIXe et XXe siècles, les agrandissements rendus nécessaires par l’augmentation du nombre d’étudiants et les réformes successives de l’enseignement.

Occupant deux hectares intégralement classés au titre des Monuments historiques en plein coeur de Paris, entre Saint-Germain-des-Prés et le Louvre, les Beaux-Arts de Paris ont été depuis lors au centre de la vie intellectuelle et artistique parisienne.

Une année d’inaugurations et de transformations profondes 2017 sera ainsi pour les Beaux-Arts de Paris une année de valorisation de ses bâtiments restaurés et modernisés, constituant la première étape d’une mise en valeur de son extraordinaire patrimoine architectural admiré dans le monde entier, comme de ses collections exceptionnelles.

L’Amphithéâtre d’honneur sera inauguré officiellement après une année de travaux et verra le retour en son sein du Romulus vainqueur d’Acron de Jean-Dominique Ingres, après sa restauration.

Première étape de rénovation du Palais des Beaux-Arts, la salle Melpomène retrouvera son lustre en prévision de l’accueil d’expositions temporaires. Elle se trouvera au coeur du parcours du futur Musée des Beaux-Arts, un espace muséal qui rendra enfin accessible au public les collections des Beaux-Arts devant être déclarées « Musée de France » en 2017.

Ce renouveau sera en outre visible de la rue grâce à la mise en lumière des façades du Quai Malaquais, première étape vers une revalorisation et d’une réouverture des entrées des Beaux-Arts côté quai.

À côté du pilier patrimonial, le second, celui des études, est également en cours de transformation.

Via Ferrata, la classe préparatoire intégrée aux concours d’entrée aux écoles d’art a ouvert ses portes en septembre 2016 et verra ses premiers étudiants se présenter aux examens au printemps 2017.

Premier projet mis en oeuvre par la nouvelle direction des Beaux-Arts, ce programme constitue une ouverture réelle et concrète au bénéfice des jeunes issus de la diversité sociale, culturelle et géographique de la région Île-de-France.

De nouveaux champs pédagogiques ont été ouverts par le recrutement de professeurs comme Emmanuelle Huynh, danseuse et chorégraphe et Joann Sfar, bédéiste. D’autres domaines artistiques seront représentés lors des prochains recrutements.

Enfin, les Beaux-Arts de Paris sont engagés dans un projet d’Institut des Arts Africains dans la future vallée de la culture à Rabat, signe de son attractivité et de son prestige international.

Une année d’expositions et d’évènements Les différents projets qui ponctueront ce 200e anniversaire réuniront des artistes et des oeuvres qui, bien qu’éloignés dans le temps, partagent un ancrage profond dans le politique. À travers plusieurs grandes scansions de l’histoire de l’art, ils permettront de dresser un panorama des relations croisées de l’idéologie et de sa forme, écrite, déclamée ou figurée de manière plus ou moins allégorique.

Les Beaux-Arts de Paris ont accueilli et formé les futurs artistes de la République d’abord balbutiante, allant de révolution en révolution, puis triomphante après 1871. Les grands débats et courants du XIXe et du XXe siècle ont traversé l’établissement, mobilisé ses étudiants et professeurs, parfois pour mieux s’en affranchir, par rejet de l’ordre académique, confondu avec l’autorité politique. En février, deux expositions présentées simultanément, en témoigneront : l’une à partir d’une sélection d’oeuvres des collections, l’autre sous forme de grande installation vidéo par l’artiste Julian Rosefeldt, toutes deux illustrant ces périodes de grands bouleversements.

Au XXe siècle, en plein mai 68, l’Atelier Populaire des Beaux-Arts, émanation de l’École occupée, fut le lieu de création et de production de plus de 300 affiches. À partir du mois d’octobre, l’exposition « Images en luttes » prendra pour point de départ cette collection, mettant en lumière les dix années de relations entre l’art et les mouvements d’extrême gauche qui ont marqué les années 1970.

Aujourd’hui comme hier, la conscience au monde des étudiants des Beaux-Arts, artistes potentiels de demain, traverse les enjeux politiques, économiques, technologiques de ce XXIe siècle mondialisé pour lequel la connaissance de l’histoire de l’art et de la pensée redevient une nécessité. Ces enjeux seront abordés en avril, par le grand colloque international traitant de « la valeur de l’art », en présence de grandes figures internationales. Puis, en mai, ils traverseront l’exposition des Félicités telle une photographie de la jeune création contemporaine diplômée des Beaux-Arts.

Les Beaux-Arts célèbreront aussi les grands artistes d’hier et d’aujourd’hui : dès janvier, d’Ingres, figure tutélaire et écrasante de l’enseignement aux Beaux-Arts, une sélection de feuilles sera présentée aux côtés de celles de ses élèves ; puis en octobre, dans la cour vitrée du Palais des études, une exposition inédite et monumentale consacrée aux sculptures en briques de l’artiste danois Per Kirkeby.

La programmation 2017 : expositions et événements

• Se souvenir

Ingres et ses élèves
26 janvier – 29 avril 2017, Cabinet des dessins Jean Bonna

• Revendiquer

Manifesto
L’École de la République : d’Antigone à Marianne dans les collections des Beaux-Arts de Paris
24 février - 20 avril 2017, Palais des Beaux-Arts

• Se passionner

L’exposition des acquisitions du Cabinet des amateurs de dessins
22 – 27 mars 2017, Salon du dessin, Palais Brongniart

• S’exprimer

Colloque international « La Valeur de l’art »
26 et 27 avril 2017, Palais des Beaux-Arts

• Soutenir

Exposition des diplômés félicités
20 mai - 14 juillet 2017, Palais des Beaux-Arts

• Célébrer

Per Kirkeby
17 octobre – 15 décembre

• Lutter

Images en lutte (1968-1977). La culture visuelle de l’extrême gauche
27 octobre – 31 décembre 2017, Palais des Beaux-Arts


Colloque international


Otobong Nkanga
“Limits of mapping”, série Social Conséquences I 

La valeur de l'art

26 et 27 avril 2017
Palais des Beaux-Arts

 Téléchargez le communiqué de presse

 Téléchargez le programme complet

À travers ses colloques internationaux, les Beaux-Arts de Paris offrent une tribune au milieu artistique et aux artistes en particulier, dans le concert d’idées qui agitent notre société. L’édition 2017 portera sur « La Valeur de l’Art ».

Ce colloque international soulignera l’importance de cette notion plurielle, véritable mot-débat aux acceptions multiples : valeur sociale, symbolique, spirituelle, marchande, matérielle ou immatérielle. La notion de valeur soulève également, en miroir, la possibilité d’un jugement critique et pose la brûlante question de l’appréciation des œuvres.

Après une première édition sur le thème de « L’irRESPONSABILITE de l’Artiste » en 2016, ce colloque donnera la parole à des personnalités d’horizons différents, incarnant des visions et des expériences singulières. Sans cloisonnement ni forme imposée, critiques, directeurs d’institution, artistes, philosophes, théoriciens et acteurs du marché de l’art proposeront leur lecture de la valeur de l’art et nourriront notre réflexion.

 

Avec la participation de : ( liste non exhaustive)

Bernard Bazile, artiste

Cécile Bernard, directrice de Sotheby’s France

Bernard Blistène, directeur du Musée National d’Art moderne

Frère Marc Chauveau (dominicain), historien de l’art et commissaire

Catherine David, directrice adjointe du Musée national d’art moderne

Andrei Erofeev, critique d’art

Zheng Guogu, artiste

Geoffroy de Lagasnerie, philosophe et sociologue

Monte Laster, artiste

Matthieu Laurette, artiste

Steven H. Madoff, écrivain et critique d'art

Otobong Nkanga, artiste et performeuse

Brian O’Doherty, artiste

Denys Riout, professeur honoraire d’histoire de l’art moderne et contemporain

 

Entrée libre
Accédez au formulaire d'inscription

Programme du colloque

Le 26 avril 2017

9h30 Accueil café

9h45 Introduction par Jean-Marc Bustamante, directeur et Régine 
Hatchondo, directrice générale de la création artistique (sous réserve)

10h Bernard Bazile
L’art de la valeur

10h30 Cécile Bernard
Du marché de l’art : rôle des intermédiaires et place des artistes

11h Frère Marc Chauveau
Le couvent de la Tourette : des oeuvres révélées

11h30 Brian O’Doherty
Art, folie, et valeur de l’argent

12h Q/R

pause

14h30 Clélia Zernik
Valeur esthétique et norme du goût

15h Zheng Guogu, en dialogue avec Martina Köppel Yang
Boire du thé jusqu’à la transformation

pause

16h Philippe Méaille
Valeur de l’art : l’inachetable objet d’art ou l’histoire de Joséphine la cantatrice

16h30 Catherine David
Modernités connectées et évaluation des oeuvres

17h Andreï Erofeev
Impact social comme critère de valeur. Réflexions autour de l’art  actionniste en Russie

17h30 Q/R

19h à 21h Soirée-discussion autour de Fontaine de Marcel Duchamp (Centre Pompidou, petite salle)

Le 27 avril 2017

9h30 Accueil café

10h Monte Laster & FACE
Co-OP6:valorem

10h30 Bernard Blistène
Valeur de l’art : quelques idées autour des affaires de l’art et l’art des affaires

11h Denys Riout
Un usage pédagogique du prix

11h30 Marie José Burki
De nos jours, par ici

12h Q/R

pause déjeuner

14 h Geoffroy de Lagasnerie
Pour une éthique des oeuvres

14h30 Matthieu Laurette
Let’s Make Lots of Money!

pause

16h Steven Henry Madoff
L’automate

16h30 Otobong Nkanga

17h Q/R

17h30 Fin du colloque

 


 

L’irRESPONSABILITÉ de l’Artiste

Mercredi 27 et jeudi 28 avril 2016
Entrée libre

Beaux-Arts de Paris,
Palais des Beaux-Arts
13, quai Malaquais
Paris 6

Métro
ligne 4 Saint-Germain-des-Prés
ligne 1 Louvre-Rivoli

La question de la responsabilité – personnelle, sociale, politique – de l’artiste, est, plus que jamais, centrale. Il ne se passe désormais guère de semaine sans qu’un scandale, un acte de vandalisme, une affaire de censure ou d’autocensure dans le monde de l’art ne fasse la une des journaux. Au moment où la polémique se concentre sur la sauvegarde de la liberté et de ses fondamentaux, la liberté d’expression et la liberté de création, les artistes sont souvent pris pour cible, et pris à partie, quand ils interviennent dans l’espace public, certes, mais aussi pour ce qu’ils montrent dans l’espace dit « dédié » du musée.

 Téléchargez le communiqué de presse
 Téléchargez le programme du colloque

Consultez le site du colloque

Liste des vidéos:

Jean-Marc Bustamante & Régine Hatchondo
Olivier Christin
Luc Tuymans
Agnès Thurnauer
Pascal Convert
Gerhard Merz
Peter Lewis & Lisa Le Feuvre
Joann Sfar
Fabienne Brugère
Xu Bing
Olivier Blanckart
Claire Fontaine
Erik Boulatov & Iouri Albert avec Igor Sokologorsky
Alberto Sorbelli
Adel Abdessemed & Hélène Cixous
Erik Boulatov & Iouri Albert avec Igor Sokologorsky (version russe)