SD Fantômes

L’inexistant en philosophie et en art

Enseignant

Elie During

Il s’agira en premier lieu d’offrir une vue en coupe de la philosophie contemporaine en suivant le fil d’une question critique : celle de l’inexistant, distinct du non-être et du néant. L’inexistant est une figure du non-être déterminé : tel non-être (telle absence, telle fiction, telle apparition fuyante, etc.). On portera ensuite la réflexion sur le terrain de l’art pour interroger sa capacité à produire et à disposer des objets impondérables ou non localisables, des « fantômes » dont les modes d’existence relèvent du furtif, du subliminal ou du virtuel.

Le cours fera alterner des modules théoriques (« topos ») et des modules plus expérimentaux et interactifs (« cas »). Les premiers enrichiront la culture générale des étudiants et les doteront d’outils conceptuels mobilisables dans des contextes de présentation de leur travail artistique. Les seconds privilégieront la présentation/discussion d’oeuvres incarnant telle ou telle figure de l’inexistant dans des configurations concrètes. Ainsi, un exposé sur le sublime chez Kant et les formes de l’irreprésentable pourra être prolongé par un moment plus prospectif consacré au sublime pictural « aplati » des hyperréalistes américains, aux usages de la saturation dans la noise music, aux techniques du vide ou du silence chez Klein ou Cage ; un texte de Kafka, la phénoménologie de l’image chez Sartre, la théorie des fictions de Kripke ou Lewis, permettront de réfléchir aux stratégies fictionnelles dans l’art contemporain ; le « sourire sans chat » d’Alice (Carroll, Deleuze) permettra d’explorer le rapport des pratiques de performance aux événements imperceptibles (« inframinces ») ; l’expérience de la nuit chez Levinas, le concept de « fantôme » chez Husserl, l’être virtuel du signe linguistique selon Saussure, les formes de l’hypnose ou encore le mode d’existence du souvenir selon Bergson, donneront lieu à des couplages du même genre.

Évaluation

Les étudiant.e.s seront évalué.e.s sur la base de leur participation active au séminaire et d’une proposition de travail écrit ou oral portant sur un objet inexistant de leur choix.

Année d’études : 5