Bâtir sous le Second Empire

Du 2 octobre 2018 au 11 janvier 2019
(Fermeture du 22 décembre 2018 au 6 janvier 2019)
Au Cabinet des dessins Jean Bonna

Une exposition de 34 aquarelles d'architecture

 Téléchargez le communiqué de presse

Riche de plus de 40 000 dessins d’architecture, les Beaux-Arts de Paris dévoilent cet automne une partie de cette collection, en exposant trente-quatre aquarelles portant sur des projets d'architecture conçus lors de la formation des jeunes architectes sous le Second Empire.

Les dessins exposés, datés entre 1848 et 1867, constituent une véritable mémoire visuelle de l’enseignement académique dispensé aux élèves de la section d’architecture et un miroir où se reflètent les modes architecturales de cette seconde moitié du XIXe siècle.

Commissariat : Emmanuelle Brugerolles

Après la présentation de dessins d’architecture de l’avant-garde russe du début du XXe siècle, le Cabinet des dessins Jean Bonna, expose à la rentrée, des dessins scolaires d’architecture issus du fonds de l’École des Beaux-Arts.

Mis en place par Jacques-François Blondel en 1763, le concours d’émulation joue un rôle fondamental dans les débuts de la formation du jeune architecte avant le Prix de Rome.

Tout au long de l’année, il rythme la vie de l’École des Beaux-Arts et deux siècles durant constitue la pierre angulaire de la pédagogie, jusqu’à la suppression des concours en 1968.

Cet exercice représente pour les élèves l’occasion de faire preuve d’inventivité et de savoir-faire, en répondant aux programmes fixés par les professeurs. Il consiste à exécuter en une seule séance de douze heures un plan, une coupe transversale et une élévation d’un bâtiment précis. Conçues sur le papier , ces trois études du projet sont réalisées à l’aquarelle, offrant des possibilités infinies de nuances et de couleurs. Le recours à cette technique qui exige plus d’habiletés graphiques que de connaissances architecturales a pour but de séduire les membres de Jury afin d’être sélectionné.

Les programmes soumis par les professeurs sont révélateurs des mutations sociales, esthétiques, politiques et urbanistiques de la seconde moitié du siècle. C’est en effet l’époque où Paris se transforme, avec la percée des grands boulevards, l’aménagement des jardins et des promenades et la construction de théâtres et de lieux de divertissement.

Véritables morceaux de bravoure, les dessins exposés illustrent en partie les innovations techniques qui caractérisent le milieu du XIXe siècle : ils représentent des panoramas, des volières, des fontaines d’arrosement public, mais aussi des monuments en hommage à l’industrie et des ponts de chemin de fer. L’utilisation de matériaux nouveaux comme le fer et du verre est associé au vocabulaire classique et puis éclectique, symbole du luxe et de l’exubérance de l’époque. L’utilisation de matériaux nouveaux comme le fer et du verre est associé au vocabulaire classique puis éclectique, symbole du luxe et de l’exubérance de l’époque.


Info pratique

Ouverture

Cabinet des dessins Jean Bonna
14, rue Bonaparte 

Du 2 octobre 2018 au 11 janvier 2019
(Fermeture du 22 décembre 2018 au 6 janvier 2019)
du lundi au vendredi
de 13 h à 18h

Entrée libre

Accès

Métro lignes
1 : Louvre-Rivoli
4 : Saint-Germain-des-Prés
7 : Pont-Neuf

Bus lignes 24, 27, 39, 95
Pont du Carrousel – Quai Voltaire