Olivier BLANCKART
Département matière / espace

Professeur de modelage/sculpture nouvellement nommé, Olivier Blanckart est né à Bruxelles en 1959. Photographe par vocation précoce, sculpteur par redestination tardive, comédien transformiste par déraison intermittente, critique d’art par intuition occasionnelle, il endosse volontiers —par opposition au terme bureaucratiquement connoté de « plasticien»— la posture de l’artiste total.

Clown, pilier de l’ « École de Malaucène », (regroupant autour de Rachel Laurent et Guy Scarpetta, les agités Labelle-Rojoux, Lizène, Luccariello, Boudier, Verna, Labaume, Mayaux…), « Idiot » homologué par l’écrivain Jean-Yves Jouannais; gourou-fondateur en 1994 de « La Fraternité des Perpétuels Marcels » (secte parodique vouée à chanter des cantiques à la gloire de Marcel Duchamp); créateur de la Galerie des Urgences pour la lutte contre le sida au Centre Pompidou en 1995. Il réalise ses premières sculptures pauvres (les quasi-objets) au moyen de matériaux d’emballages détournés ou trouvés dans la rue à l’occasion de ses performances en « Jean-Michel », le personnage de clochard-mendiant tonitruant de l’art contemporain qu’il crée au début des années 1990.

Depuis, et tout en mettant au point une véritable technique de modelage spécifique à partir de ces matériaux pauvres, il a développé une oeuvre proprement sculpturale où la précarité assumée le dispute à la revendication monumentale, où prédominent des questions de présence et d’expression humaine.

Lauréat des plusieurs bourses ou prix internationaux (Shloss Solitude, Stuttgart (1993) ; Fondation Marunuma, Tokyo (1998) ; Triangle Art Studio Residency program New-York (2005-2006) , ses oeuvres figurent dans de nombreuses collections publiques et privées en France, mais aussi à l’étranger.

Il a bénéficié de plusieurs expositions personnelles dans des musées:

Musée de l’Objet Blois (2002), Mamco Genève (2004), Printemps de septembre Toulouse (2006), musée de Beaux-Arts de Dole (2011), et participe régulièrement à des expositions collectives.

Il a dirigé la session 2004-2005 du post-diplôme de l’École des Beaux-arts de Nantes.

En avril 2016, dans le cadre du colloque international « I(r)responsabilité de l’Artiste » aux Beaux-Arts de Paris, il a donné une conférence intitulée « L’artiste Fast & Furious entre Raison d’État et Mission Impossible ».